Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > 1725 : Cherté des prix
Par : dozeville
Publié : 13 février 2012

1725 : Cherté des prix

Dans les registres paroissiaux, il arrive que l’on trouve des notations sur les problèmes de l’époque. Ainsi le curé de Lignou s’inquiète des récoltes

Dans l’année 1725, en juillet le boisseau de froment (mesure de Briouze)est allé jusques à 16 livres tournois, le seigle à 11 livres tournois le boisseau, l’orge jusques à 10 livres tournois, l’aveine jusques à 6 livres tournois, le sarassin jusques à 6 livres tournois, l’orge hativel jusqu’à 6 livres tournois.

L’était retardé par beaucoup de pluies qui ont tombé depuis trois mois. Il n’y a point encore de gerbes de dixme versée en la grange du presbitère le 16e jour d’Aust.

La foire de Guibray à Falaise fut différée jusqu’au quatorze de septembre 1725.

Un homme, à Briouze, pour avoir mis en vente un boisseau de froment 18 livres tournois (mesure de Ranes) qui lui avoit couté 10 livres tournois avant l’été. Le peuple se jetta sur lui et peu s’en fallut qui ne le tuassent. Mr Hellouin baillif devant qui il fut mené par l’archer de la prévosté lui permit de vendre son grain le prix qu’il pourroit.

A Caen, il y eu révolte contre Monsieur l’intendant de la part du peuple.

Me Philippe de Ste Marie, prêtre, écuier et curé de Lignou

portfolio