Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1679 Bail à Ste Honorine la Guillaume
Par : dozeville
Publié : 2 novembre 2012

1679 Bail à Ste Honorine la Guillaume

Les registres notariaux sont remplis d’actes de toutes sortes : les baux y sont très bien représentés.

Peu spectaculaires, comme les ventes, on peut facilement les oublier, ce serait une erreur grossière.

Je soubz signé Guillaume Bréard, la vallée, de la parroisse de Ste Honorine
la Guillaume lequel confesse avoir baillé à ferme, prix et loyer d’argent,
à Jean Durost d’icelle parroisse, scavoir est les maisons [1] et hérittages
tant à luy apartenant que à Anthoine et Jacques, ses fraires, à la
[au village de l’estre Bréard] [2]
réserve du fournil de hault avec le petit jardin de derrière comme
il se contien par les merc et divizes [3] pour le temps et terme
de deux annnées, deux coiellettes [4] et levées entières et parfaictes
révolues et accomplies. Oultre ledit bailleur a soubaillé audit
preneur une petite portion de tere en pray qu’il tien de Jacques
Coulombe et en cas que ledit Bréard soit déposeday dudit pray [5],
il ne sera obligé que de déduire audit Durost que la somme de
six livres par chacun an à commencé à Pasques prochain venant
et finir à pareil jour et terme. Ce faict moyennant le prix et
somme de vingt trois livres par chacun an payables à deux
termes et payments esgaux, scavoir à la St Michel prochain
unze livres dix solz et à Pasques ensuivant
autres unze livres dix solz et ainsy d’an en an et
de terme en terme jusques en fin de ce présent. Oultre ledit
preneur s’est obligé de payer les rentes et subjections
sieurialles que ladite ferme est obligée faire par chacun
an et est ausy le preneur obligé faire mettre et employer
le nombre de six gleudz [6] sur les maisons dudit bailleur par
chacun an en sa présence ou gens pour luy. Et est entendu
ausy que ledit preneur aura la coupe et tonture d’un
coin de taillis tant apartenant audit bailleur que à tous ses
fraires, que ledit preneur a dit bien congnoistre et scavoir,
tant ladite ferme que le taillis sans aultrement la
spécifier ny déclarer en davantage [7].Et partant moyennant
ce présent tous les dedules [8] et obligations et baux [a....]
cy devant faictz entre lesdits preneur et bailleur demeurent
nuls et vide d’effaict [9] au moyen et parce que ledit
preneur reste audit bailleur pour tous les termes
passés et eschus jusques au jour de Pasques prochain
venant la somme de trente quattre livres. Laquelle
somme de trente quattre livres, ledit preneur s’oblige
d’en payer dans toutes fois et quantes la somme de vingt livres
et la somme de quattorze livres dans le jour de Pasques
prochain venant. Oultre le preneur laissera à faire les mêmes
graines en sortant de ladite ferme par ce que il les a faictes
en entrant dans ladite ferme. Oultre ledit preneur
laissera à la fin de ce présent bail, le nombre de deux
chartes de malle [10] et le nombre de vingt gerbes de
seigle bonnes et sufisantes. Donct du tout lesdites parties
furent content et d’acord et s’en est obligé ledit Durost à
tout ce que dict est par biens, suivant l’ordonnance [11]. Faict
ce douzième jour de novembre l’an mil six centz
soixante et dix neuf. Présentz Pierre Crespin filz
Jacques et Pierre Laisné dudit Ste Honorine, tesmoins
 [12]

Notes

[1] Le terme maison désigne, à cette époque, toutes les constructions (maison habitable, étable, grange, etc...)

[2] En glose, c’est à dire ajouté en interligne.

[3] Les marques et devises : ce sont les façons de borner un terrain.

[4] cueillettes

[5] Le pré en question a été acheté il y a moins de 3 ans. Le vendeur peut se raviser et reprendre son bien pendant 3 ans ou plus si accord. On distingue les héritages ("les propres") des achats ("les acquêts" et les conquêts ).

[6] Gerbes de paille (sans épi) qui serviront à couvrir les maisons.

[7] On évite ainsi une longue liste où chaque pièce de terre est décrite et bornée par ses confronts, avec ses voisins

[8] Pour "cédules" ?

[9] d’effet

[10] Deux charretées de fumier

[11] L’ordonnance royale régissant les actes notariés, instituant notamment le contrôle des actes, ancêtre de l’enregistrement.

[12] Voir sur Geneanet. Cote : AD61 4E87 1680