Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1696 Contrat de travail à la forge de Montmerrei
Par : dozeville
Publié : 27 octobre 2012

1696 Contrat de travail à la forge de Montmerrei

Sous un vocabulaire différent, on trouve, pêle-mêle, dans ce contrat : prime d’embauche, durée du contrat, chômage technique, loyer, paiement à la tâche, assurance décès...

Attention, on a affaire ici à spécialiste possédant un savoir-faire indispensable et non à un simple journalier.

JPEG - 25.3 ko
Le haut fourneau.
Planche de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, section « Forges ou art du fer ».
Un ouvrier surveille le remplissage du four par le gueulard, la roue à aube sert à actionner les soufflets, des ouvriers rassemblent les gueuses et les pèsent.

Du dix neufième jour de septembre 1696 après midy

Fut présent Jean Gadois maitre marteleur de la paroisse
de Rânes, de présent demeurant à la forge de la
vallée de Touanne, paroisse de Montmerrey. Lequel
s’est submis et obligé envers Antoine Dubois, Sieur des Aitres, Maitre
de ladite forge de Touanne de le servir loialement et
fidellement de son mestier de marteleur dans ladite
forge pendant le reste de son bail qui est pour six
ans, commencez du mois de may dernier, au moien
que ledit sieur Dubois a promis aquitter et décharger
ledit Gadois d’une somme de cent cinquante livres
qu’il avoit recue par avance du feu sieur Dubois, père
dudit sieur des aitres, si bien et à temps que ledit Gadois
n’en sera recharché et aura en outre vingt cinq sols
par chacun millier de fer et comme pendant l’esté
l’on manque ordinairement d’eau à ladite forge
ledit sieur des aitres luy paiera encore pendant
trois mois de l’esté, cinquante cinq sols par chacune
sepmaine outre sondit loyer. Et sont ainsy demeurez
d’accord et qu’en accomplissant par ledit Gadois le présent
marché, il ne sera tenu rendre aucune chose de
ladite somme de cent cinquante livres et nevoir [1]
tout autre accord fait par ledit Gadois l’unze de ce
mois demeure nul. Fait comme dessus ledit jour
et an, présence de Me Nicolas Hommey, prestre,
curé du Cerqueil et Louis Saucier procureur de la ville
d’Argentan. En glose trois mois. Et a ledit Gadois
marqué, aiant déclaré ne scavoir signé. De plus
a esté accordé par ledit sieur des aitres qu’en cas
que ledit Gadois mourust avant l’expiration du
présent, sa veufve et héritiers seront quittes desdites
cent cinquante livres comme si ledit marché
avait esté entièrement exécuté, qui commence de ce jour et
comme il n’y a pas d’eau présentement sur ladite forge,
ledit sieur des aitres a promis donner la somme de
douze livres pour cette première année, et à l’avenir
pendant trois mois d’esté chacun an, à commencer
au mois de juillet prochain donnera lesdits cinquante
cinq sols par chacune sepmaine outre son loier
comme il est dit cy dessus. Le tout fait es présence
desdits tesmoins et a ledit Gadois marqué
 [2]  [3]

Notes

[1] n’avoir

[2] Lire ce contrat sur geneanet : cote AD61 4E108/110

[3] De nombreux sites concernent les forges. Ne soyons pas chauvins, allons chez nos voisins de la Mayenne : Forges d’Aron (ou Port Brillet).