Vous êtes ici : Accueil > Petites histoires d’outre temps > 1657 Jean Longuet, de Ste Honorine, en prison à Laval.
Par : dozeville
Publié : 26 septembre 2012

1657 Jean Longuet, de Ste Honorine, en prison à Laval.

Qu’allait-il faire là ?

Ce texte, un peu abrégé, pose de multiples problèmes notamment juridiques.

le 25/2/1657 à Ste Honorine

Fut présente Anne Lemarchand femme
de Pierre Longuet, laquelle faisant fort
pour Pierre estant au lict malade et pour sa
vieillesse ne pou estant hors de pouvoir de
pouvoir signer et Gillette Heudiard, femme
de Jean Longuet "les prés", fils dudit Pierre, pour
l’absence dudit Jehan Longuet son mari estant
deprxx détenu aulx prisons de la ville de
Laval pays du Maine
. [1] Lesquelles de
par le consentement et advis de Leo
Thomas Lebricon, Pierre longuet fils
Jehan, Léonard et Guillaume Heudiard parens
desdits Longuet et leurs femmes, Lesquels
............... ont vendu .... à Nicollas Heudiard
et Philippe Duprey présents, scavoir est
la couppe d’une portion de bois taillis
Le taillis de la Vollée audits Pierre
et Jean Longuet, père et fils,appartenant , et le tout
et autant de chesnes et haistres quy sont
sur une pièce de terre nommée la Cousture
avec ce qu’il peut y avoir de chesnes
et haistres de sur une pièce de terre nommée
le mont Corbin, réserve deux chesnes
aulx choix desdits vendeurs....
suivant la montre qui en a esté faicte
audits Duprey et Nicollas Heudiard par lesdites
femmes..........................
Ladite vente de ce que dessus faicte par
le prix et somme de soixante et dix livres tz...........................................Laquelle
somme lesdits vendeurs ont dict estre
phour estre mis et employé à la
déllivrance dudit Jehan Longuet "les prés"
.......Lesquels vendeurs avec les dictes femmes
ce sont obligés et sont garantz responsable
d’icelle vente.....

JPEG - 134.7 ko
Georges de LA TOUR Job et sa femme, vers 1640-1645
huile sur toile, 145 cm x 97 cm Épinal, Musée départemental d’art ancien et contemporain.

 [2]

Retour à la liste des expatriés

Notes

[1] Il y a là un problème de droit selon la Coutume. Une femme, non séparée, doit être autorisée par son mari hors les deux cas précisés ici : prison et/ou maladie.
On verra plus loin une formule inhabituelle sur la responsabilité. C’est aussi pour cela que les parents (mâles) se réunissent.

[2] Lire l’acte 4E87_1654-1658