Vous êtes ici : Accueil > Qu’est-ce que le Houlme ? > 1767 La fiscalité dans l’Élection de Falaise
Par : dozeville
Publié : 9 septembre 2012

1767 La fiscalité dans l’Élection de Falaise

Au XVIIIe siècle, pour l’essentiel, le Houlme est du ressort de l’Élection de Falaise.

Le document fiscal présenté ici, établi par les services de l’Intendant de la Généralité, me parait être un élément intéressant pour la description de cette région.

Le détail, par paroisse, permet de voir que le Houlme correspond pour une petite partie à la "Campagne" telle que décrite dans ce document et pour l’essentiel au "Pays bas" ou "Boscage".

Cette Élection peut et doit être regardée sous trois

aspects différents : comme Pays d’Auge [1], comme Campagne,

comme pays bas ou Boscage.

En la considérant sous les deux premiers, elle offre au

premier coup d’œil une image agréable, mais si on veut

examiner les choses de près, on y trouvera du vuide et de

l’embarras. Le Pays d’Auge consistant en herbages dont le

bien être et la richesse émanent du commerce de bœufs et eaux

de vie a souffert considérablement depuis des années, tant

par la rareté des animaux devenus fort chers en maigre

que par la banqueroute des acheteurs. La Caisse de

Poissy [2] semble aussi avoir contribué à cette altération.

L’exportation des eaux de vie et cidre à l’étranger qui est

une branche de commerce de considération pour ce pays et qu’il

serait intéressant de protéger est prohibée.

Si l’on considère la Campagne dont le bien être

consiste en grains, on se persuadera à raison du prix de ce

bled, devenu exorbitant, que de tous les pays celui-là est

le plus naturellement aisé et le plus susceptible d’impositions.

Les fermages excessifs, le peu d’industrie des habitans de cette

partie, qui n’ont d’autre ressource que dans leur récolte,

méritent la plus grande attention.

Si l’on descend au pays bas ou bocage qui forment

la plus grande partie de cette élection, on ne trouvera dans la

plupart des paroisses de ce dernier pays qu’une misère trop

réelle, des landes, des bois, des montagnes, des terres arides

et sableuse et une culture très pénible.

L’Élection de Falaise prise en totalité, ni bonne ni

mauvaise en elle-même, loin d’être susceptible d’augmentation,

a besoin des bontés de son Roy : elle ne peut guère subsister

qu’au moyen des gratiffications que sa Majesté, instruite de

ses besoins, a bien voulu lui accorder annuellement.  [3]

Impositions de quelques paroisses -document préparatoire - [4]

JPEG - 112.2 ko
les impôts de Bazoches au Houlme - 1767

Pas de mention supplémentaire dans le document définitif.

JPEG - 84.8 ko
les impôts de Bellou en Houlme - 1767

mention dans le document définitif : (vexée [5] au sel et surchargée sur les taux naturels)

JPEG - 99.5 ko
les impôts de Montreuil au Houlme - 1767

mention dans le document définitif : (trop chargée)

JPEG - 74.6 ko
les impôts de Neuvy au Houlme - 1767

mention dans le document définitif : (peut payer)

Notes

[1] c’est moi qui souligne

[2] La Caisse de Poissy est une institution financière ancienne, remontant au XIVe siècle, qui a été créée pour assurer l’approvisionnement en bestiaux de Paris, en garantissant les paiements des bouchers et en leur proposant, si besoin est, le crédit nécessaire à leurs achats.

[3] AD61 C813

[4] Clic droit sur l’image pour l’agrandir selon le navigateur - Pour Firefox, faire "afficher l’image"

[5] Tourmenter, notamment par abus de pouvoir. Synon. maltraiter, opprimer, persécuter