Vous êtes ici : Accueil > Petites histoires d’outre temps > 1621 Assassinat d’Antoine de Montchrestien aux Tourailles
Par : dozeville
Publié : 16 juin 2016

1621 Assassinat d’Antoine de Montchrestien aux Tourailles

Au collège de Flers, en 3e classique, notre maitre de français-latin-grec, Mr Poisson, me fit faire un exposé sur la tirade d’Aman dans Esther de Racine comparée à la même tirade dans Aman d’Antoine de Montchrestien.

Depuis ce personnage me poursuit !

On montre encore, aux Tourailles, l’ancienne auberge où il fut tué.

JPEG - 3.7 ko
Antoine de Montchrestien

Le 7 octobre 1621 vers les neuf heures du soir, à la nuit tombante, huit cavaliers arrivèrent à l’hostellerie. Ils voulaient manger mais point rester dormir. Alarmé l’aubergiste, Pierre Lemancel, tout en leur servant à souper à l’étage, fit prévenir Messire Claude Turgot, capitaine de chevau-léger, seigneur des Tourailles, de l’étrangeté de leur conduite.

Messire Turgot, accompagné de quelques autres gentilshommes et de quelques soldats descendit à l’auberge. Il envoya un huissier sommer les inconnus de se nommer : leur chef dit s’appeler Champeaux mais ce dernier, tout en parlementant, gagnait la porte avec ses compagnons. Là il voit l’escalier déjà occupé : il fait feu de ses pistolets, ses compagnons l’imitent : voilà trois morts !

Claude Turgot se jette à l’assaut avec ses gens, l’inconnu reçoit deux coups de pertuisane et un coup de pistolet : le voilà mort à son tour. Son valet est blessé et fait prisonnier, les autres s’enfuient en traversant la Rouvre [1] et ils disparurent.

Le valet, interrogé, confirma que son maitre était Antoine de Montchrestien, natif de Falaise, du parti des Huguenots qui tentait de soulever la Normandie.

Le seigneur des Tourailles fit prévenir les autorités et le corps de Montchrestien fut transporté à Domfront. Là, le 12 octobre, le corps fut condamné à être trainé sur une claie, brûlé, réduit en cendre et les cendres jetées au vent. Son valet et quelques autres furent jugés et pendus à Rouen le 25.

JPEG - 124.9 ko
acte de décès
AD61 EDPT321_5 vue 69

"Ainsi périt en sa 46e année, dans une embuscade obscure, Antoine de Montchrstien, digne d’un meilleur sort par son beau talent de poète (il écrivit plusieurs tragédies), la vivacité et la souplesse de son esprit créant même l’expression "économie politique" dont il écrivit en 1615 le premier traité. [2]

Notes

[1] rivière qui traverse les Tourailles

[2] L’auteur de ce texte me pardonne mais j’ai égaré son nom."